Le petit déjeuné terminé, les huit inséparables prennent le chemin de Vai’ea, le village principal de Maupiti.

P1290597

 Il est 9h00 et le soleil est déjà haut et il tape fort, on espère pouvoir stopper un véhicule, Olivier en est quasiment le spécialiste ! Finalement, les trois kilomètres se feront à pieds, pas une voiture ne va passer durant tout ce temps.

 

 

 

 

Tout est calme dans le village, rien ne bouge ou presque jusqu’au niveau du temple protestant où l’office du dimanche a déjà commencé. Curieux, nous nous approchons. Nous sommes aussitôt invités à entrer et les places de devant, les meilleurs, nous sont proposées. On s’assied. Un prêche en Tahitien, suivit de himenes (chants religieux) majestueux. Les portes sont grandes ouvertes, certaines fenêtres également, le courant d’air est agréable et la décoration mi religieuse, mi Polynésienne est simple et belle. Les gens sont en blanc principalement, mais surtout, ils revêtent leurs plus beaux habits. La ferveur religieuse est palpable, et les chants en Tahitien nous transportent.

 

P1290603

P1290617

 

 

 

 

 

 

On ressort avant la fin de l’office, curiosité satisfaite. Nous sommes rejoints par une myriade de gamins et gamines qui veulent tout savoir de nous. On va rester là encore un moment avec eux.

Il est l’heure de manger, le snack du centre du village est fermé (ben ouais, c’est dimanche !).

Le magasin de Kiki juste à côté est fermé aussi, tant pis (c’est la maman de Juanito et je devais lui faire une bise de sa part. Plus tard peut être).  Nous décidons d’aller à la plage manger chez Mimi. Le tour de l’île fait neuf kilomètres, d’ici, nous avons quatre kilomètres cinq cents que nous partions à droite ou à gauche (!).

P1290625

J’interpelle une voiture (elles sont très rares et il ne faut pas hésiter), il s’agit d’un pick-up, Pamela et moi nous asseyons sur les sièges arrière dans l’habitacle, le reste de la troupe dans la benne à l’arrière. Teva, le conducteur, va offrir une Hinano bien fraiche à ceux qui en veulent… Cyril et moi.

 

Une fois arrivé sur place, les bières ne sont pas finies, forcément, cinquante centilitres la bouteille pour sept minutes de trajet ! Je promets à Teva de lui ramener ses consignes après mangé, sa maison est à deux pas. Mimi, est dans les starting-blocks et exécute sa mission sans coup férir, d’autant que la commande lui est passée en Tahitien ! Peut-être pas parfait, mais elle a compris !

P1290633

On se régale de casse croutes énormes, de frites et de poisson cru, une nouvelle fois, dans ce cadre exceptionnel du bout du monde. Ensuite après-midi en douceur, un peu de CNED (et oui, souvent  même le dimanche !), récrée avec les copains…

 

Le soir, diné de poisson cru, thon en sauce au poivre et purée maison, fruits. On prépare notre journée de demain. En haut de la montagne, il y a un drapeau, de là-haut le panorama doit être magnifique. C’est décidé, après le petit dèj’, on y va.

On questionne, on doit pouvoir être au sommet en une heure et demie, certains disent l’avoir fait en quarante-cinq minutes mais ils passent pour des menteurs…

On verra bien, demain on grimpe !

Lendemain matin.

Comme prévu, après le petit déjeuné nous allons faire notre excursion vers le sommet de Maupiti. Un Land Rover arrive, je l’arrête et demande à son chauffeur s’il  peut nous déposer. Aucun problème, bien que visiblement très accidenté et sérieusement corrodé (le véhicule pas le conducteur !) (Quoi que…), le Land’ est grand et bien qu’ils ne tiennent plus très bien, a assez de sièges pour recevoir tout le monde. Il est bien ventilé grâce à ses vitres manquantes et ses portes en partie découpées…

Notre chauffeur nous dépose juste après le snack, devant les marches qui constituent le début de l’ascension. La course commence, on passe sous un manguier, près d’un relais de télécommunication, puis c’est la forêt. On alternera sous-bois et savanes, avec, heureusement, plus d’ombre que de soleil, la chaleur est assommante. Ça grimpe raide et la petite troupe se scinde en deux, chacun montant à son rythme. Passée la forêt, une première corde est là pour rassurer les moins habitués au vide. Nous somme au belvédère, joli nom pour cet endroit à flan de rocher, d’où la vue commence à être effectivement, intéressante. Stop photos, puis on continu. Encore deux passages avec cordes et enfin le sommet. Le drapeau est en fait un mat en bois avec un Tee-shirt accroché dessus !

P1290744

P1290738

P1290812

 

 

De là-haut, la vue est splendide, le bleu Roy contraste avec le turquoise dans les jardins de coraux, le sable blanc avec le bleu marine de l’océan… On voit toute l’île d’ici, le village en dessous, l’aéroport avec sa courte piste traversant le motu, le lagon et le jardin de corail où nous avons nagé, la plage, la pension avec son ponton et la passe.

On aperçoit même un V12 sur le lagon aux abords du collège. Haumanava, le copain des filles, est en classe de sport, le « V » veut dire Va’a (pirogue) et « 12 », douze places… ici, le stade est bien différent des nôtres !

DSCN8191

Après quelques minutes d’observation et l’inévitable séance photos, on redescend doucement vers le niveau de la mer, c’est beaucoup moins fatiguant qu’à l’aller ! Au passage du manguier, chacun ramasse un ou plusieurs fruits pour plus tard.

P1290815

Aujourd’hui le snack est ouvert, nous prenons places et nous régalons de crevettes crues, poulet au curry ou  l’incontournable poisson cru. Le choix est vaste et les assiettes largement servies. Après cette petite pause bien agréable et surtout bien mérité, nous reprenons le chemin du retour. Pas un véhicule en vue tout au long du chemin. On rentre à pied jusqu’à la pension. Douches obligatoires.

 

Après le sport, les cours ; CNED pour finir cette journée, aucun de nous quatre n’a réellement envie, mais nous n’avons pas le choix, nous devons respecter des délais et le courage des filles est à souligner à ce sujet…

P1290668

Fin de journée, du bout du ponton, avec ma chérie, seuls au monde un instant, nous savourons le  coucher de soleil derrière les rochers, embrasant la colline est faisant flamboyer les cocotiers, cadeau des îles pour les amoureux…