P1300415

 

 

 

13h45. Après quarante-cinq minutes d’un vol sans histoire, agrémenté d’un jus de fruit local, l’ATR72 d’Air Tahiti se pose sur la piste de l’aéroport de Moorea. Nous sommes de retour sur notre île, après presque six semaines passées entre Huahine, Bora Bora et Maupiti.

 

 

 

 

Depuis là-bas, grâce à notre vini (téléphone) et à notre opiniâtreté, une maison nous attend ici. On prend un taxi jusqu’au parking où nous avions laissé la voiture, près du quai des ferries, à quelques kilomètres. Le parking n’a rien d’officiel, il s’agit du terrain appartenant à une retraitée qui arrondie ainsi ses fins de mois. Au moment de régler ma « note », elle me fait une ristourne, 3000 francs pacifique au lieu des 4200 que j’aurais dû payer (8€ d’économisés environ !). En effet, mon pneu est crevé, alors comme je vais avoir des frais…

Est-ce de la gentillesse ou, à la vue de notre carrosse, a-t-elle pitié de nous? Toujours est-il que ça me va ! Je file à la station toute proche, regonfle le pneu et nous filons vers notre nouvelle maison.

Elle est proche de la première que nous avons occupée, à Vaianae, au sud-ouest de Moorea. Il fait beau, la propriétaire me dit par téléphone que la maison est ouverte. A notre arrivée, effectivement, tout est ouvert, les portes, les fenêtres… tout. On entre joyeux et… la maison est sale et une grande partie des choses promises absentes, nous l’avons loué en « meublé » et il n’y a même pas un balai…

Nana est furieuse, je tente de l’apaiser, mais comment ? Elle a raison.

Heureusement, on va se changer les idées, ce soir, nous sommes invités à prendre un apéritif dinatoire chez Charly et Olivier, les propriétaires de la première maison que nous avons louée. Ils nous ont gardé deux sacs à dos, et quelques cartons de bricoles, fond de placard etc. et l’apéro l’occasion de tout récupérer.

Nous passons une super soirée avec eux, ça fait plaisir de se revoir, même Wifi, leur chienne nous fait la fête. Charly nous avait dit de prendre nos maillots afin de profiter du jacuzzi, on ne s’en privera pas ! On rentre un peu tard, pas de chichi, ce soir c’est sac de couchage pour tout le monde, demain, il fera jour et on avisera. En plus ça faisait longtemps.

Lendemain matin. Les propriétaires passent le week-end dans leur maison, juste à côté et des jardiniers remettent le jardin en état, nous avons listé les manques et après maintes discutions, nous obtiendrons quelques draps, un peu de vaisselle, des couteaux, quatre verres (ben ouais, on que quatre, non ?) Je devrais réquisitionner son balai pour en avoir un !!! Nana et moi, lessivons les murs, les placards, les sols après y avoir ôté les toiles d’araignées etc… il nous faudra quatre jours de nettoyage appuyé pour que la maison ressemble à peu près à ce que nous attendions et quelques autres pour que ça soit top !

 

P1300528


La maison fait environ 120 m2, avec trois chambres, une grande cuisine ouverte sur le salon et une terrasse de 20 m2 au minimum, assée vaste pour y avoir un coin repas et un coin salon (sans parler de l'espace "murissage" pour régime de bananes. Le jardin de 700/800 m2 est arboré et a plusieurs plants de Tiare, des bananiers et même un papayer.

 


 

P1300474

P1310591

 

 

 

 

 

 

Nous avons accès au lagon à quelques mètres du jardin, du coup on ne résiste pas au plaisir de prendre le café sur « notre » plage. il n'y a que nous et seuls les Balistes Picasso surveillent nos faits et gestes...

P1300512

P1300457

P1300508

 

 

 

 

 

On fait des courses et prenons nos marques dans ce nouveau quartier. Afin de rencontrer nos voisins les plus proches, nous organisons un apéro à la maison, Maxime et Elisabeth, un couple de retraités, Stéphane, Coco et leurs deux enfants, Manao et Pierre. L’ambiance est à la rigolade et nous nous entendons à merveilles. Nana a préparé plein de bonne choses que nous partageons jusqu’à très tard en veillant à bien s’hydrater et l'eau étant précieuse dans les îles, nous évitons de trop en boire !!!

Au réveil, hormis l’haleine de fennec et l’impression d’avoir une pantoufle dans la bouche, seul le crane en bois nous gêne…

ça commence bien...