On fera de notre mieux durant les quelques jours de leur présence avec nous pour leur faire gouter aux spécialités Tahitiennes. Le matin, confitures, de mangues, de papayes, d’ananas agrémentées de vanille, les fameux firifiris, beignets au lait de coco traditionnellement vendus le dimanche matin. Du poisson à tous les repas, cru, en sauce au poivre, au curry etc. Une Bolognaise de Thon et même des frites de huru, le fameux fruit de l’arbre à pain que le capitaine Blitt voulu rapporter en Europe en privant son équipage d’eau et créant ainsi la fameuse mutinerie des marins du Bounty…

P1280222

 

P1310446

 

 

 

 

 


Sans oublier les fruits ramassés ou achetés en bord de route, Seb aura même la joie de cueillir un régime de bananes, découvrant ainsi, que la sève rejetée tache de façon irrémédiable les vêtements. Le murissage tardera un peu et nous ne pourrons manger les fruits qu’une fois Seb et Sophie absents !

Boissons locales, jus de fruits fait à l’usine de Moorea et Hinano, bière Tahitienne brassée à Tahiti…

DSCN8556

 

DSCN8554

 

 

 

 

 


La première journée se passera à la maison faute de moyen de transport, le lendemain, après avoir accompagné Coco au bateau et être revenu avec sa voiture, nous passerons l’après-midi à la plage des Tipaniers, Seb accompagné des filles, en profitera pour son premier bain en lagon Polynésien, je ne pourrais pas me joindre à eux, le remplissage de mon tatouage n’a qu’une semaine et l’eau de mer m’est encore interdite.

Après leur seconde nuit, les traits de leurs visages s’adoucissent, leurs gros sacs restent dans la chambre et les valises s’éloignes de leurs yeux. Tant mieux, aujourd’hui nous faisons le tour de Moorea.

Moorea, l’île sœur de Tahiti, son nom se prononce mo’oréa (et non pas mouréa à l’AngloFrançaise), en effet, cela veut dire Mo’o (lézard) rea (jaune), est-ce à cause de la présence de ces innombrables petites bêtes qui nous débarrassent chaque soir d’un nombre encore plus impressionnant d’insectes volants ? De là à le croire, il n’y a qu’un pas ! Pour info, toujours concernant le nom de notre île, Mururoa, l’atoll des Tuamotus, connu pour les essais nucléaires Français s’appel en vérité Moruroa. Son nom étant trop proche de celui de Moorea, il avait été changé pour ne pas faire fuir les touristes qui auraient pu confondre…

P1310354

 

P1310359

 

 

 

 

 

Visite de l’île donc, nous montons à six dans le Partner que Coco nous a prêté et on commence notre promenade en partant vers le quai des ferrys. Premier arrêt, un incontournable de Moorea déjà évoqué, le point de vue sur Tahiti depuis le promontoire de Tamae. Ensuite un autre stop à Maharepa celui-là pour présenter Gilles à Sébastien. Il semblerait que Seb veuille avoir un souvenir indélébile de son passage en Polynésie.

Nous continuons ensuite vers les deux baies et j’en ai profité pour donner rendez-vous à quelqu’un et  jeter un œil sur notre « peut-être » future voiture. La voiture me convient, il s’agit d’une super5 (encore !), le vendeur doit juste réparer le levier de vitesse et je le recontacterai en début de semaine pour finaliser la vente… les choses s’arrangent !

P1310367

On continu en passant par la route des ananas, arrêt photos face à quelques plantations avec les pics volcaniques vertigineux en toile de fond, puis direction le belvédère pour la vue générale sur les deux baies. Là-haut, le hasard nous fait retrouver Cyril et Flo, faisant découvrir, eux aussi, à leurs familles notre belle île. On passe un moment ensemble, mangeant un petit morceau de Cantal, arrivé la veille avec leurs visiteurs avec une Hinano fraiche. On se confirme leur venues, prévue de longue date, ce soir à la maison pour une soirée ensemble !

Après être redescendu, nous nous rendons compte que la fabrique de jus de fruits est fermée, pas de visite possible donc ! Tout le monde commence à avoir faim, nous cherchons une roulotte ou un petit snack, je trouve la voiture bizarre, je m’arrête en bord de route, le pneu arrière gauche est crevé ! Échange rapide de la roue, à deux, avec Seb, qui, finalement, pourra se vanter d’avoir fait des choses « à part » en Polynésie… puis peu après, nous nous arrêtons chez Fifi, un métropolitain tenant un snack où les pan-bagnat sont meilleurs qu’à Nice et les vingt parfums de glaces sont maison.

Bonne adresse, excellente nourriture et convivialité, on reviendra !

P1310411

 

 

 

 

 

 

 

Après le passage de la seconde baie, nous arrivons à une autre belle plage de l’île où nous profitons de la douceur de l’eau, moi, toujours en prenant garde de ne pas mouiller mon tatouage à l’eau de mer.

On va rester là un bon moment, jouant même les équilibristes sur une sangle tendue entre deux cocotiers avec quelques locos accueillants. C’était pas facile mais on a bien rit.

Le soir, une grande tablée est à la maison, nous sommes douze, Nana a préparé plein de bonne choses comme d’hab’ et Cyril et Flo ont apporté trois pizzas en plus et du vin. Ça fait du bien de recevoir un peu de monde, on a l’impression de revenir un  peu à la civilisation.