J – 3

Quelles drôles de sensations…

Descendre dans la cave, là, tout au fond, derrière beaucoup trop de choses inutiles gardées par amour dans le noir, deux sacs à sacs, je m’en saisi, et les sort de là.

En tirant les fermetures éclairs, un souffle étrange m’envahi, me sautent pèles mêles au visage, la couleur des sacs, les drapeaux cousus et les mousquetons encore accrochés dessus, une montagne de souvenir et un sentiment étrange… Une impression d’habitude et de lointain, lointain dans le temps mais à la foi si proche. Des gestes machinaux, instinctifs, réapparaissent, des réflexes, finalement, deux ans après le retour j’ai l’impression que c’était hier…

Pensons à demain et ensuite.

Les sacs, vautrés là, creux, vides, sur le sol du salon, attendant d’être remplis à nouveau…

L’intendance d’abord, quelques médicaments, la boite à bobos, deux petites boites en plastique, ridicule ! et un rouleau de PTU (Papier Toilette d’Urgence). Les frontales au cas où pour un trek, des jumelles, les appareils photos.

On ressort les chaussures pour le corail et les T-Shirts anti UV pour les randos’ aquatiques, les serviettes etc.

La liste de vêtements est fixée par Nana, chacun prépare son tas, tout est recompté et soigneusement déposé dans les sacs qui, de nouveau, prennent de l’embonpoint.

On numérise les documents officiels et billets de transports divers (photos) puis je me les auto-envois sur mon adresse mail, accessible partout dans le monde en cas de perte.

La magie d’internet fonctionne toujours, lors de la parution de cet article, notre avion, un Boeing 777 d’Air France est au décollage de Paris, peut être surclassés qui sait si l’intervention de Fred a fonctionnée… dans tous les cas, merci chouchou, bisous pour ça !

Neuf heures de vols nous séparent de la Havane, capitale de la plus grande ile des caraïbes : Cuba.

Il y a encore deux jours nous n’avions que les billets, là-bas, finalement quelqu’un nous attend, on a téléphoné directement et utilisé internet lorsque c’était possible pour finalement réserver deux chambres chez un particulier. On verra bien ce que ça donnera.

Vraisemblablement, les connexions internet sont compliquées, il se peut que nous ne puissions même pas publier quelque chose sur le blog, on verra, en cas de silence du blog, vous en connaitrez déjà la raison !

 

Une pensée pour vous tous, qui, à nouveau, partez avec nous, quelque part dans nos quatre sacs à dos pour une aventure…