Hong-Kong, la suite en images...

 

P1340889

P1340947

P1340919

P1340944

 

 

 

 

 

...

Les hauts parleurs nous invite enfin à embarquer en mandarin, cantonais puis anglais (ou l'inverse, pour l'anglais, chui sûr!).

Nous ne bougeons pas. De la banquette du bar, nous nous amusons de regarder les gens se précipiter pour... Faire la queue.

Les Hongkongais, disciplinés se mettent en file indienne tandis que les occidentaux usent de stratagèmes ridicules pour essayer de doubler.

Les hotesses veillent au grain et rien n'y fait!

Nous descendons dans les derniers vers le satellite d'embarquement, peu importe, nos places sont numérotées et nous attendrons moins que les autres,assis dans l'avion, le décollage!

 

Il pleut, la visibilité est moyenne. Point de vol au dessus des buildings illuminés, dommage, on avait réservé le bon coté de l'appareil pour ça!

 

Le vol est... mouvementé. Une première fois au dessus de l'ile de Hainan, en mer de Chine, en passant ensuite au dessus des montagnes du Laos, puis une troisième en plongeant vers Yangoon.

On a l'habitude de l'avion, mais pour le coup, c'était plutôt impressionnant.

 

01.00H.

Nous sommes surpris du modernisme de l'aéroport de Yangoon, je pensais débarquer avec une passerelle directement sur le Tarmack, mais non, satellite et moquettes épaisses...

Nouvelle attente à l'immigration, les douaniers et douanières paraissent très assidues dans la lecture des documents fournis (4: Passport, Visa, déclaration qu'on est gentil sans grosses sommes d'argent ni produits illicites sur nous et déclaration d'où on vient et où on habitera en Birmanie).

Nana passe, photo d'un oeil, c'est bon.

C'est à mon tour pendant que ma chérie file chercher notre sac qui tourne desèspérément sur le tapis distributeur depuis bien cinquante minutes.

Direct, j'attaque avec assurance "Nin ga la ba shin!" la douanière éclate de rire, je lui dis bonsoir (bonjour se dit pareil!) et ça la fait rire, elle me répond et je la questionne sur son rire.

En fait, je viens de parlé comme une fille, on fini la phrase par "shin" quand on est fille et par "Bia" quand on est garçon. Je crois comprendre qu'il n'y a pas de pronom personnel en Birman et pour exprimer la première personne (je, quoi), on met au feminin ou masculin suivant son genre...

 

Photo de l'oeil, je la remercie en Birman, rire, elle me reprend et je lui dit en revoir encore en birman, elle n'en peut plus!

Je viens de prendre mon premier cours de Birman.

Le sac est encore dans le sac à sac, sur un chariot, Nana m'attend.

Le dernier cash changer attend qu'on approche du guicher pour le fermer. Il est plus de deux heures du matin et on n'a pas d'argent...

Négo avec un taxi, il nous emmène à l'hotel et nous leur demanderons de faire l'avance pour nous.

On cherche, on tourne, on fini par trouver. Nana terrifie le gardien de nuit qui dormait à la réception. Ça ressemble aux photos vues sur le site, mais... en fait, c'est en travaux, placos et plaques de contre-plaqué, ça n'est pas vraiment sale mais vraiment poussièreux. Il est deux heures, on ne discute plus.

La chambre est aveugle (comprenez, sans fenètre) et nos lits jumeaux semblent bien bas, les sanitaires sont communs et, dans les parties communes, tout est décoré avec une mince couche de poussière.

Original.

Peut être trop...

 DSCN6995

Pour du changement, c'est du changement!

Rapidement glissés dans les draps, on se souhaite bonne nuit.

Nana dit : "ouvre les rideaux je ne vois pas les lumières de la baie!" éclats de rires.

J'aime quand un plan se déroule sans accros!