6.00H, mercredi 8.

 

Réveil, direction la pagode Swedagon, la plus grande du monde Bouddhiste, on y arrive à l'ouverture, seuls avec les fidèles. Tout n'est qu'or et blanc immaculé, une forte spiritualité habite le lieu. Des dorures, du blanc immaculé des chants bouddhiques (mantra. En fait une espèce de récitation ininterrompue, monocorde et monotone, presque chantée, très voir trop entêtante pour nous profanes), de l’encens, des fleurs, des bougies, la tiédeur matinale, le ciel bleu, les pas feutrés des gens, la dévotion des moines hommes (en orange,brun ou bordeaux) ou femmes (en rose) de tous ages. Tout cela donne une atmosphère tranquille. Apaisante.

P1350052P1350075

DSCN7045

DSCN7050

La vision de jeunes filles en toges roses, psalmodiant, imperturbables, malgré pour certaines, un très jeune age,  interpelle Nana, à fleur de peau, touchée par ces bouts de choux priants en chœur.

En repartant, nous traversons des quartiers d'une pauvreté folle. Quelques vendeurs essais de nous faire acheter quelque chose, y compris du mais pour le jeter aux pigeons. Nous n'achèterons rien. Une envolée soudaine de pigeons finira par atteindre Nana avec le lest fécale lâché au décollage. Chance, sur une sangle de sacoche, pas sur ses vêtements. Vengeance ornithologique à cause du maïs?

DSCN7095P1350030

Nous rentrons dans d'interminables bouchons, pires qu'à Bangkok dans notre quartier.

On doit laisser la chambre à midi, le sac est fait, je le confie à l"accueil.

Nous traînons de droite à gauche sans réel but dans ce quartier que l'on a hâte de quitter.

En milieu d'après midi, nous rejoignons, entassés à seize dans un micro bus de douze places (il suffit de mettre une personne de plus par rangée de siège! Suffisait d'y penser. Malin le Birman!), la gare routière d'où nous partirons ce soir, il nous faudra plus d'une heure pour y arriver à l’extérieur de Yangoon.

Elle est immense et plutôt incompréhensible, des gargotes et boutiques d’électronique partout, des bus dans tous les sens, personne ne parle anglais, heureusement, il y a des panneau partout. En Birman.

On fini par trouver le bureau souhaité et les quelques rabatteurs croisés se sont montré plutôt faciles à écarter.

Documents faits, le bus par dans quatre heures, on sort se promener là dedans et nous nous arrêtons dans un petit restau.

À peine arrivés j’échange avec une serveuse en Birman et Nana est toute surprise que j'ai compris ce qu'elle me demandait (j'ai dit deux mots clefs "Myanmar Biear") ''bière Birmane'' quoi!), la dame à répété avec un accent différent du mien (peut être un peu moins bon d'ailleurs?!) ajoutez à cela des merci et ok et vous obtenez un dialogue bluffant !

La bouteille arrive sur la table, 64cl, tout le monde nous observe. Extra-terrestres...

DSCN7107

On lève nos verres en directions des curieux "santé". Je prend à parti celui qui fait le plus le malin et lui demande de nous prendre en photo.

Un homme arrive d'une autre table et nous explique quelque chose par rapport à la capsule de bouteille, quelque chose est écrit. soit"jésulémaré" (merci beaucoup), soit autre chose. Dans la notre, on dirait "ding dong", en fait, c'est une remise de 50% sur le prix de la bouteille!

Yessssss !

Nous offrons quelques billets à une femme qui, faisant la manche, n'osait même pas nous regarder. Ce geste à vraisemblablement touché la terrasse et des gestes amicaux s'en suivent.

Le garçon nous offre un bouillon de carottes incroyable de goût !

On se sent bien ici, et nous finissons par commander des légumes sautés et une omelette locale. Excellent choix, c'est un festin. Le meilleurs depuis notre arrivée.

Sur les conseilles de Nana, je commande une deuxième bouteille avec laquelle je fait le tour des deux tables voisines et leur ressert quelques rasades. Nous sommes devenus des demies divinités...

On quitte le troquet pour rejoindre notre bus.

Il est magnifique, trois sièges par rangées, tellement ils sont larges, une bouteille d'eau, une boite avec des gâteaux locaux que j'ai mangé quand même parce qu’ils sont offerts de bon cœur, un écran télé dans le dossier, des prises de courant, une clim version congélateur et... Une couverture paraissant propre...

20171108_215625

 

...On ne nous à pas menti.

En route pour la deuxième ville du pays, en route pour Mandalay!