Inlé, six heures.

A l'aube du deuxième jour...

Le contraste est saisissant entre le couché de soleil d'hier et le levé de ce jour...

 

DSCN7497

 

DSCN7509

 

La pluie tombe maintenant pratiquement sans discontinuer depuis hier.

Petit déj' rapide. On rejoint le bord de lac et l'embarcadère, partagés entre envie d'y aller et espoir que nos nouveaux potes aient renoncés pour pouvoir retourner à l'abri dans notre chambre.

Au bout de quelques instants, la barque arrive, ils sont assis sur de confortables fauteuils en bois, couverture et parapluies de rigueur. On s'installe, on fait pareil. Quel contraste avec notre déplacement de la veille, l'horizon est bouché, il fait froid (16°C).

Nous filons plein sud vers le bout du lac, pour y rejoindre un marché.

A l'arrivée, notre embarcation s'échoue sur un banc de sable juste à l'entrée d'un jardin de lotus. Magnifique. Visiblement le plus à l'aise sur cette embarcation, à part peut être notre capitaine, je longe mes camarades pour me placer à la proue et laisser l'arrière du bateau se relever naturellement, Jean Denis me rejoindra bientôt.

Faire une démonstration de l'efficacité d'un transfert de masse : c'est fait !

DSCN7559

DSCN7547

 

 

 

DSCN7563

 

 

 

 

On repart, visiblement nous ne sommes pas seuls à nous déplacer en barque...

 

 

Le marché est... Local, bondé, une véritable fourmilière, et c'est justement ce que Nana recherche ici. En plus de la panoplie complète des épices et denrées de tous poils et de beaucoup de souvenirs. Différentes ethnies se retrouvent ici, on peut en distinguer quelques-unes grâce à leurs coiffes. Photos, marchandages, café, thé, beignets, un très bon moment avec les locaux. Nana, toujours en recherche de nouveautés culinaires, nous a dégoté une dégustation de... Fourmis rouges !

 

DSCN7567

 

 

P1350943

 

P1350946P1350936P1350971P1350968

 

 

P1350954

 

P1350956

 

C'était compliqué à trouver et à demander en anglais, Birman ou Gépalémo ! Mais elle a trouvé.

Pas de réel goût, juste du croquant, elles sont, il semblerait, tuées au vinaigre et c'est surtout cette saveur qui ressort en bouche.

Manger des fourmis : c'est fait !

Nous voilà repartis pour la seconde visite du jour, une fabrique de tissus en fils de tiges de lotus. Le produit fini ressemble à de la toile de jute, en plus doux et qualitatif. Le prix est plus élevé que celui de la soie naturelle.

Visite d'un atelier de travail de l'argent (métal) et par association de pierres précieuses et semi précieuses.

Il est temps de se restaurer dans un petit box sur pilotis, au beau milieu de'une cité lacustre.

Les déplacements avec la barque sont agréables malgré le bruit du moteur. Par une espèce de canal naturel, aux méandres irréguliers, traversant les plaines et villages, nous rejoignons In Dein.

DSCN7622P1360025

Là-bas, petite marche de vingt minutes, abritée sur l'intégrallité de notre parcours par une couverture de tuiles supportée par d'énormes piliers ronds, pour rejoindre une véritable forêt de stupas entourant une pagode. l'état des stupas va de ruine à excellent, on s'étonne d'ailleurs de cet entretien disparate.

 

P1360101

 

P1360108

 

Nous passerons par les jardins flottants sur le chemin du retour. Sur une base de bambous liés entre eux, comme un radeau, les Inthas ajoutent différentes fibres, palmes de cocotiers et autres, feuilles de pandanus, puis ajoutent de la terre et cultivent là-dessus. Les racines traversent le tout et s'alimentent en eau directement. L'essor de cette culture est tel, que cela entraine une diminution de la flore sous-marine, à cause de l'ombre créée. L'oxygène se raréfiant, les poissons, à leur tour,  disparaissent de ces zones en pleine expansion.

P1360176P1360156

 

 

 

P1360215

 

P1360225

 

Nous arrivons finalement à notre embarcadère à la nuit tombée, on se salut et échangeons nos adresses avec Jean Denis et Nathalie, ainsi qu'avec chouchou (y s'appelle Chew Chew, phonétiquement Tcho tcho), donc forcément pour Nana et moi ça a tout de suite été chouchou. On lui donne bien plus que prévu car sa gentillesse son attention et sa disponibilité ont contribué à notre belle journée. Son visage s'illumine et c'est au bord des larmes qu'il nous apprend que nous venons d'être ses premiers clients ! en effet, il vient de se mettre à son compte avec sa barque. On le félicite et le congratule, une photo à cinq et je lui annonce qu'il sera dans la nouvelle rubrique qui va apparaitre sur ce blog et qui donnera des noms, adresses et tarifs de tout ce que l'on peut !!!

 

On arrive à la chambre et c'est une nouvelle fois, le sommeil que l'on va privilégier plutôt que l'estomac. On s'endort vers vingt heures.

 

DSCN7482

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, nous profitons  des infrastructures de l'hôtel jusqu'à seize heures trente avant de rejoindre notre dernier bus, celui vers Yangon.

 

 

 

 

Ça sent le retour !