Et voilà, nous avons passé un mois sur le continent Australien.

Nous n'avons cependant pas tout vu. Loin s'en faut, les distances à couvrir sont immenses. Pour notre part, en un mois nous avons parcouru 8000 kms en 4X4, Camper Van, berline... Notre entrée et notre sortie du pays se sont faites par la voie des airs. Nous n'avons pas réussi à trouver de navire pouvant nous y acheminer depuis l'Indonésie (on n’a pas trop cherché non plus vu l'état des bateaux dans ce pays. Aventureux, oui, mais pas téméraires) ou nous emmener vers la Polynésie ensuite. Le seul navire mixte (marchandise/personnes) reliant ces deux destinations propose un tour du monde complet mais pas de liaison maritime à proprement parler. Le reste des navires marchands ne prenant pas de personne à bord.

Ce que nous avons vu de ce pays nous a enchanté, émerveillé, étonné, époustouflé...

Par ses dimensions d'abord, par sa diversité et la richesse de sa faune si particulière ensuite, sans parler des paysages surprenants qui ont jalonné notre parcours. Je crois que ce qui nous a le plus étonné et marqué ce sont les Australiens eux même. Leur accueil, surtout dans le Nord du pays. Le désert y est certainement pour beaucoup. Sur ces highways mainte fois évoquées, à chaque fois que nous croisions un autre véhicule, son chauffeur s'enquérait de savoir si tout allait bien pour nous d'un geste sans équivoque. Nous avons appris à le faire à notre tour et avons découvert que si on s'arrête pour faire une photo, la voiture qui vous suit ou vous croise s'arrête à son tour et vous demande si tout va bien...

... Le désert bien sûr, mais est-ce vraiment la seule raison ?

Un regret, un seul mais de taille ! Nana souhaitait aller à la rencontre des Aborigènes, en apprendre un peu plus sur leurs coutumes. Connaitre les légendes "des temps du rêve". Ça n'aura, malheureusement, pas été possible. En effet, mis à l'écart depuis la colonisation du continent, dénigrés, considérés comme inférieurs, les natifs n'ont pas tous profités de la modernisation du pays. Le regard des blancs envers eux en dit long sur le sentiment général à leur égard. Récemment conscient de cela, le pays fait des efforts en leur faveur, à grand coup de subventions, ce qui, du coup, entraine des jalousies. Il existe trois niveaux "d'intégration" des natifs : Ceux qui n'ont pas souhaité suivre l'évolution du pays et rester dans leur mode de vie ancestral et vivent nus de chasse et de cueillettes dans le bush. Ceux travaillants aux côté des blancs, dans des fonctions identiques à ces derniers. Et enfin, ceux vivants des aides financières de l'état mais n'ayant aucune notion de la valeur de l'argent et du travail, faute d'apprentissage et "d'éducation" (du mode de vie à l'occidentale). Bien entendu, ceux que nous avons le plus souvent vu sont ceux de la troisième catégorie. Dans les réserves, impossible de les approcher et les quelques rares fois où nous pouvions en savoir un peu plus sur ce peuple si différent, c'était en payant auprès d'un guide Aborigène, bien intégré lui et bien entendu, hors de prix !

Ceci dit, le peu que nous en avons vu (et entendu) reste envoutant, l'art tribal, les instruments de musiques, les légendes mystérieuses...

Comme chaque fois, notre top 3. Celui-ci a été encore plus "bagarré" que d'accoutumé. Six points ressortent dans nos préférences, au final, ce qui ressort en premier dans ce top 3 n'est pas un lieu...

TOP 3 :

- 1/ L'hospitalité Australienne : 9 points.

- 2/ Le désert : 6 points.

- 3/ Les crocodiles marins : 4 points.

Le rodéo, l'initiation au barrel-racing et la faune se partagent le reste des points.

SURPRISES ET DECOUVERTES (la liste est aussi longue que le pays est grand) :

La gentillesse des gens,

Les Hot dog et saucisses géantes,

1 patate = 1 frite ou les frites de la même taille que les patates,

Une assiette de frite Australienne = quatre parts Française et au moins douze Asiatique,

Les Road trains,

La pratique de la conduite à gauche,

Les panneaux bizarres,

Les panneaux si loin de ce qu'ils indiquent qu'ils vous rappellent que vous êtes seuls,

Le Barrel Racing (pour les parents, les filles connaissaient bien sûr),

Le rodéo,

La vie sous terre,

Etre incapable de savoir quel est le robinet d'eau froide et celui de l'eau chaude, même en coupant un, puisque la température est identique (brulante) (douches communes de la station de Less, Barrow Creek).

Se sentir seul au monde,

Prendre une douche dans le désert,

Le silence,

La confection automatisée des Cocas au Mac Do,

La promiscuité,

Les radios si éloignées qu’elles ne sont plus « captables »,

Les barbecues géants,

Les poubelles automatiques dans les lieus publiques,

L’incroyable et constante propreté des WC publiques,

La voute étoilée partant du sol, d’un horizon à l’autre,

Les chips au citron vert et poivre…

… on en oublie surement !

L'Australie, une vraie belle découverte, une vraie belle destination !